Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 21:31

.



Je lève mes cils et mes yeux
vers les cieux,
je lève ma main
et y pointe
mon index..
je le détache, le lance..
de mes yeux et de mon esprit
je le suis..
à la verticale.
Songeant à la distance audacieuse ;
de toute mon énergie,
je le propulse..
mon index voyage brûlant les lumières et leurs années…

Passe un petit instant.. très long,
un instant lourd du poids du vide,
un instant dans ces espaces sourd..
et déjà, de la distance jusque là parcourue..
déjà..
mon énergie s’en trouve déjà vide !

Mes nerfs se dessèchent..
et le gris de ma matière tombe en poussière à la recherche
d’une seule réponse
à l’ultime destination
que cherche mon index
de moi pour ce détaché.

De ces distances pliées,
je me vois soudain petit..
une particule inutile
dans cette voie lactée perdue dans sa quête dans l’immensité
d’une vérité que la raison ne saurait contenir.

Je me sens débile
à l'idée de ;
par la voie de l’objectif, ne plus revenir..
de perdre mon index derrière une réponse que je suis,
et ma raison derrière une réflexion qui s’étale et s’étend..
dans ce voyage linéaire infini…

Ma raison chauffe..
mon index tremble…

Nous vivons dans un vide que Seul Dieu Comble.

Quiconque dans le coeur le contraire prétend,
qu’il revienne
de mon voyage alors..
mon index dans sa main et..
dans son esprit une réponse
pour que..
ensemble..
nous puissions ;
de sa vérité,
l'immensité infinie combler
dans toutes ses dimensions vides
qui de ce même vide infini
'occupent' cet univers qui s’étale et s’étend !

Sinon ; et non c’est,
sur terre alors restons !
Et.. par terre les yeux baissons !

Sur nos deux seuls pieds tout notre poids posons..
et.. entre nos deux petites oreilles.. toute notre pensée !
De notre bouche.. ôtons ‘bée’ !

Bouche fermée, autant prier…
sans pour autant.. la raison aiguiser et les vérités sages toujours chercher..
pour notre bon usage…

Dieu Seul remercions..
pour l'équilibre sur nos pieds
qui de deux gouttes liquides dépend
renfermées dans l'os des deux côtés de nos minuscules oreilles...
Une toute petite merveille !

Sachons suivre notre cœur !
Il est des vérités que lui seul sait entendre !
L’ultime vérité, nul ne peut tenir prétendre !

La vie..
recherche
est elle..
ou
à pleinement vivre
comme
à l’éternité ?!




.

Repost 0
Published by Allal Ferri Allal Ferri - dans Poésie
commenter cet article
18 novembre 2009 3 18 /11 /novembre /2009 21:14

.



La foule fait le fou,
le fou cause la foule,
le fou fuit la foule,
la foule fait le fou,
le fou à la foule nuit…

la foule..
le fou,
le fou..
la foule…

La foule bavarde,
le fou parle..
le fou dit…

S’il n’y avait pas de foule,
il n’y aurait pas de fou..
du tout !
Si on dispersait la foule,
tout le monde alors serait fou !

C’est vrai,
c’est faux !
C’est fou !

La foule nous surveille, et
on respecte la foule..
la foule nous poursuit,
la foule on suit …

Quand tu veux de la foule
t’éloigner..
cherche un spot,
cherche une chaise..
fais le dans l’admiration,
sous les applaudissements..
cherche son acquiescement,
Il faut que tu plaises !

la foule te bénit..
la foule te maudit !

Si neuf disent ‘oui’..
ne dis pas ‘non’,
quand neuf disent ‘non’
dis oui.. c’est ‘non’…

la foule bénit..
la foule maudit,
la foule unit..
la foule unie !

Si différent tu es,
refoule !
Dis le autrement..
dis le comme un ‘non’
un ‘non’ qui dit ‘oui’..
béni !
La foule bavarde.. la foule applaudit…

Le fou ici..
ailleurs n’est il pas sage ?!
Le fou ailleurs..
poète, il est ici ?!!

Aucun prophète n’est chez lui apprécié..
l’importé ; différent, éblouit !
La beauté importée,
ici laideur..
cette laideur, là bas beauté !

qu’est-ce qu’un fou ?!
qu’est-ce qu’un ‘non’ ?
qu’est-ce qu’une foule ?
qu’est-ce qu’un ‘oui’ ?!

Qu’est-ce que la folie ?

N’y pensez pas trop !
Elle surprend…

Faible.. autant à la foule plaire..
Fort.. la foule du nez tirer !
Alors, s'il vous plait..
que votre folie soit mesurée !



.

Repost 0
Published by Allal Ferri Allal Ferri - dans Poésie
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 22:18

 


Le souffle du temps ;
tel une main, touche..
la terre…

La mer ondule
l’herbe se plie
et les troncs s’obstinent…

Le temps souffle..
la terre se couche,
le temps souffle..
entre les monts, elle gémît…

Le temps gronde.. ses yeux brillent,
la pince de doigts électriques..
maints souffles en roulement..
la terre tire ses cheveux !

Il sue ;
elle pétille..
il fouille..
elle mouille..
le temps et la terre en harmonie…

Tempêtes et typhons
Sifflements et cris
Cyclones et ouragans
Tourbillons, roulement, battements..
la terre est molle
le temps cajole
elle en raffole…

L’étreinte n’en finit pas
sous la lumière en abat ici et là…

Entre le temps et la terre..
l’étreinte est éternelle !
la preuve..
il en est de même qu’ils soient
marrons, bleus, noirs, gris ou verts,
les yeux..
partout, le même amour joue son jeu …


.
Repost 0
Published by Allal Ferri Allal Ferri - dans Poésie
commenter cet article
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 22:12

.




Les sabots..
en béton.
tapent de leurs talons..
dans les champs…

Ils avancent,
piétinant les plantes
suivant les plans,
les bâtiments !

Poussière,
ciment et gravats..
le vert perd sa couleur sur la terre..
les arbres étouffent,
l’herbe et la fleur souffrent,
se plient et
lisent leur dernière prière !

La nature se replie,
le béton se répand !

Les roues..
les chaînes..
les machines remplissent
les artères de la ville qui
s’étire et s’étend..
Le béton se répand sur la nature martyre !

La valeur or-noire de couleur..
gagne du territoire..
les valeurs se retirent des mœurs..
que trop justes pour tenir…

Sur la balance..
le dur menace..
et..
frappe…

Déséquilibre !

Pendues, elles, aux arbres..
les cerises s’écœurent,
les oranges pleurent,
les figues meurent.. et..
les goûts se noient dans les égouts de la cité qui..
boit trop,
fume immodérément,
se délabre, et pourtant..
ses sabots ;
dans des pas lourds, lents mais sûrs,
elle enfonce dans le cœur des champs.

Démarche meurtrière !

Le bleu se tord dans les cieux,
La nuit, elle, à trop veiller, a perdu ses paupières !
La terre ne dort plus !

Insomnie !!!





.

Repost 0
Published by Allal Ferri Allal Ferri - dans Poésie
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 11:34

Souffle de Maux

 

Une envie

J’ouvre cette page ce soir ; car, une envie d’écrire, que j’ai jusqu’ici cru à jamais perdue, m’envahi. J’étouffe, une petite tristesse de partout me bouffe … et … une envie soudaine …, non, une soudaine peine me serre le cœur, me fige les poumons, et presse de mes nerfs, de tout mon corps, plein de maux, des cris de détresse que sont là ces mots que j’écrase sur cette page, cette page que ce soir j’ouvre à vous … ?? …
A vous ?? !
Non !
À moi !
Je crie,
en réalité,
j’écris ,
parce que vous n’êtes que le miroir de ce que je crois vouloir voir …
Mais qu’est ce que je cherche dans ce tunnel noir que … dans des moments de ma vie … j’empreinte chaque soir … et que je crois être ce que l’on appelle la nuit ; où tous on a longtemps par les temps passés dormi, où, aujourd’hui, plusieurs veillent, chacun à sa manière, les nocturnes et les diurnes insomniaques, et entre les deux, les égarés choqués par les choses que leur a endurée pendant le jour la petite basse vie des petits gens … qui eux dorment comme des enfants !!!


Écrire …

Une perte de temps ?!!
Écrire ?
Comme j’ai cru comprendre enfin quand j’avais vingt quatre ans ?!! Quand j’ai à un certain temps pensé que j’étais assez grand ? !
Non !
Écrire ?
N’est ce pas se découvrir ; dans les deux sens de ce mot à décoder !
- se déshabiller ; le contraire de couvrir et …
- se voir de nouveau ; se revoir peu à peu, s’explorer !


Écrire ?!

Mais ? Qu’est ce que j’écris là ?!!
Oh que je ne sais écrire !
Je me perds dans ces mots, dans ces phrases idiotes mal construites, insolites, ces phrases qui ne peuvent être que miennes, ces phrases qui ressemblent à mes phrases anciennes, mes phrases de vingt quatre ans, ces phrases de ce temps là où, fou, j’ai brûlé mes mots, mes propres mots qui me découvraient, mes mots qui je croyais m’élevaient de la réalité vers un monde autre que celui des autres sur terre ! Ces autre qui s’arrachent cet air et ces petites choses de la vie … ces mots que j’ai brûlé pour ce que j’ai aujourd’hui : cette vie pleine de moments d’ultimes conneries ! Cette vie où je résiste à mes maux, où je me convaincs chaque soleil et chaque croissant que l’on m’aime et que je m’aime pour ce que je fais, pour ce que je suis, pour ce que je donne, pour … pour … pour ce qu’on croit être un échange d’amour … Jusqu’à la satisfaction !
Quelle perte de temps ! La vie !



Le temps

 

Le temps..

ce temps nous qui nous enveloppe
nous maîtrise
nous conduit vers ce jour que nous oublions toujours
cachés dans notre vie de chaque jour
ce temps qui

nous rappelle notre jour
ce temps
cette seule vérité.. me séduit

 

Le temps
ton temps
mon temps
le temps de nous tous
ce temps qui coule
ce temps qui marche
ce temps nu
ce temps à sabots
qui galope
qui prend la forme de tout
de rien
ce temps qui est clair
et vague
qui nous guette
et nous ignore
mais qui est là
toujours
qui nous enveloppe
et nous découvre
ce temps béni
maudit
nous tient
nous laisse
et
tout simplement.. me séduit

 

Le temps
oh que dire du temps
et
sur quel ton
parler de ce temps
qui est partout
dans tous les temps
et par tous les temps
qui se compose
qui se décompose
et s’impose
partout
sur tous surtout
qui nous passe sous les yeux
à travers nos narines
dans nos poumons
dans notre sang
qui nous remplit
de moments
divers
de printemps et d’hiver
d’été et d’automne
ce temps
qui est tant aimé
tant craint
tant chéri
saint
diabolique
angélique, ce temps.. que dire ?

 

Le temps me séduit ;
et par tous les temps et tout le temps j’ai toujours su que je n’ai que tant aimé la vie !

 

Repost 0
Published by Allal Ferri Allal Ferri - dans Poésie
commenter cet article
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 10:32

 


La pensée ralenti l’action, aussi, l’action entrave la pensée. Laquelle des deux choisir ? c’est selon le champs devant, quand faut-il penser tout en guidant l’action et quand faut-il agir en diminuant proportionnellement le flux de la pensée ? quand faut-il arrêter l’une et l’autre, et tout simplement dormir ?
Peut on délimiter les extrémités des deux états ?
Essayons !
Image un : cherche dans ta mémoire un instant où tu as été enfoncé dans une pensée profonde. Reconstruis l’image ! tu bougeais ? Certainement pas. Tu étais bien maîtrisé dans une position que tu ne pouvais changer. Tu étais dans l’inertie totale, les plus loin bouts de ton corps restaient figés. Seuls tes yeux, les cils autours mesuraient le poids de chacune des images dans ta pensée.
La pensée lourde anéantit le mouvement, ou du moins, le pousse à l’extrémité finale de la stabilité.
Image deux : cherche dans ta mémoire un instant où tu as perdu contrôle de toi-même. Un instant. Un seul instant où tu as comme perdu ta pensée. Reconstruis la séquence. Comptes les mouvements, laissons passer les mots insensés, les mots rarement utilisés dans les petits nombreux instants sociaux, les mots que tu ne ‘dois’ pas penser sûrement. As-tu pendant ce temps eu une petite pensée de retenue ? Si oui, combien de fractions de seconde, combien de secondes même a-t-elle pu résister, cette petite pensée salutaire ?
L’action, ou le mouvement et sa fréquence altère sensiblement le flux de la pensée jusqu’au point de la couvrir, l’écraser.
Un choix s’impose.
Penser le mouvement ou .. Mouvementer la pensée !
En orientant les deux vers la même fin ?
Ça, peut-être est une autre question. Une question qui me dépasse.
Mais pour la première question, ou situation de choix, je penserais bien mon mouvement moi au moins pendant le temps qui me reste des situations imposées par la nécessité de l’action pour l’autre selon le devoir ou le droit. Mon action personnelle je l’anéantis pour la seule pensée de penser à penser et à l’écrire !
Repost 0
Published by Allal Ferri Allal Ferri - dans Réflexions et Pensées
commenter cet article
28 juillet 2009 2 28 /07 /juillet /2009 15:58

Les Mots - La ligne

Les mots..
Ces traits dessinés en lignes
dans toutes les formes ;
en lignes ouvertes et en lignes fermées..
en angles,
aigus, droits et obtus..
les mots.. dans l’inertie..
.. bougent tout le temps.
Ils sont condamnés dans le blanc,
ils avancent, ils montent et descendent..
parfois..
ils tournent en rond.
Droiture et détours..
Raideur et rondeurs..
Quel amour !
Les mots sont tout simplement..
beaux ;
les petits, comme les grands.


Les Mots - Le son

Les mots..
Ces sons émis en vibrations
dans tous les tons.
Des sons courts et d’autres longs,
ces sons qui vont et viennent,
qui partent et reviennent..
Vous enchantent, vous tiennent !
Ces sons qui s’isolent, ou..
se serrent les uns contre les autres,
qui se battent et se harcèlent...
Vous choquent !
Ces sons qui se rassemblent pour chanter,
comme..
pour faire trembler..
Ces sons sont mélodiques..
angéliques, parfois.. diaboliques !


Les Mots - L'humeur

Les mots..
Ces traits et
ces sons qui les suivent
nous accompagnent dans toutes nos humeurs.
Ils sont nos esclaves.. nos juges et nos geôliers.
Ils peuvent être tout et rien
ils se moulent dans tout.
Ils suivent l’air partout,
ils en forment des airs multi-changeants,
liquides.
Dociles,
ils suivent tous les sentiments,
Ils font ainsi nos amours..
Ils se révoltent parfois, et
dans un détour,
nous fuient vers l'autre..
Quel confusion et quel embarras !
Les mots nous font,
ils nous reflètent.
Oh ! Combien profondément ils le font.
Ils nous dessinent,
nous écrivent et nous disent..
Ils sont les octets de notre pensée,
de nos dires,
de notre image.
Ils courent
sur notre chaleur
leur conduit,
fil conducteur
électriques !
Les mots nous enivrent,
on les suit,
ils nous amènent partout.
Leur navette, l’humeur..
On chante, on vibre ou on explose.
Selon le voltage !
Les mots nous habitent
comme nous
dans nos habits
selon les habitudes.
Selon le paysage !
Ils n’obéissent pas à
l’identique.


Les Mots - Le choix

Les mots..
Leurs différences !
Ces couleurs !
Ces tons !
Les tons dans les couleurs et dans les sons.
Les mots,
cette matière première
gratuite comme l’air.
Ces choix..
ces divers sens traités
répertoriés..
selon le besoin !
Des pièces à chanter,
des poèmes à jouer,
des rôles à suivre..
Diversité.
Ces mots qui ne sont plus les nôtres
et ces autres qui le sont malgré nous.
Cette forêt de mots !
Pesants !
Selon le champs !
Et..
ses sentiers compliqués,
étroits et
cachés par les feuillages épais
de cette cité
qui nous offre beaucoup d’angles,
aigus et droits,
mais rarement des obtus
et des traits ouverts
onduleux et ronds.
Des lignes droites par nos mots
on suit..
Les rondes et les onduleuses
nous attirent,
nous suivent et parfois
nous fuient.
Donne ta part !
contemple la vie !
choisis ton air
et tes mots !
Délicieuse est la vie !


Les mots - La passerelle, ou Ce Corps et ce Parcours

Quelle géométrie physique la vie !
Cette passerelle...
Les hommes pleins de mots,
concentrés et.. répartis sur des idées dessinées
dans..
des tableaux de tous les mouvements,
de toutes les opinions,
de toutes les directions.
La pensée ..
les attitudes ..
L’exécution …
Le développement et ses projections.
Ces hommes,
ces ordinateurs mous vivants,
et surtout intelligents ;
selon,
toujours ‘selon’..
selon les différentes intelligences ordinées.
Encore la différence !
Les hommes,
les mots,
les idées,
l’ordre,
l’organisation,
la classification,
le répertoriage, le décalage et le traitement.
Les ombrages et l’encadrement ..
les images..
l’édition ou
‘l’ethnition’
( je ne distingue plus )
Le polissage, la finition..
et enfin l’impression.
Une impression, des impressions...
Quel montage !
Quelle répartition !
Quelle différentiation !
La différence.
L’ordiné et l’estimé.
Quel cerveau !
Ah ces méninges !
Quelle unité centrale !
Quelle puissance et quelle vitesse !
Quelle rapidité de frappe !
Quelle vitesse d’horloge et quelle efficacité et..
dans des ‘milliardimicro-fraction de temps;
quelle précision!
Quel être !
Le meilleur en lui :
Naturellement ‘télé-rechargeable’,
techniquement maniable et ‘gravable’,
individuellement et indépendamment..
auto-programmable’.
Infectieux et futile...
Destructible !


--------------------------------------------------------------------------------------------------------
L’Homme est une créature qui ‘estime’ et ‘ordine’.. différente d’intelligences..
(Une autre définition de l’Homme.. peut-être qu’elle est nouvelle ?!) .

Repost 0
Published by Allal Ferri Allal Ferri - dans Poésie
commenter cet article

Présentation

  • : Allal Ferri عــــلال فـــري
  • Allal Ferri عــــلال فـــري
  • : Les mots.. ces dessins et leurs sons.. disent beaucoup sur nous... Réflexions en Vers Fibres et Traduction
  • Contact

Recherche

Liens